Un danger dans nos assiettes : ces nanoparticules qui menacent notre alimentation !

L’industrie agroalimentaire assure de ne pas utiliser ces substances, pourtant les analyses faites par 60 millions de consommateurs sur dix-huit produits sucrés( des bonbons, des gâteaux et des desserts glacés) montrent qu’elles contiennent du dioxyde de titane (le colorant E171) sous forme nano particulaire

100% des produits contiennent des nanoparticules:

Tous les échantillons contenaient des nanoparticules de dioxyde de titane,non indiqués sur les emballages. Les entreprises agroalimentaires contactés sur leur usage des nanomatériaux (additifs, nano textures, ingrédients nano encapsulés) ont nié pour la moitié d’entre elles ,les autres ont refusé.

En 2011, selon la quelle la commission européenne un matériau est «nano» s’il contient«au minimum 50% de particules de dimensions comprises entre 1nm et 100nm».

Les nanoparticules sont elles inoffensives?

Dans les aliments, les nanoparticules modifient la couleur, l’odeur, et la texture:le dioxyde de titane (E171) est un blanchissant utilisé dans les glaçages; il empêche l’oxygène et l’humidité d’altérer le produit.On ne dispose pas de preuve que ces nano soit dangereux, ou inoffensifs.

Le cas préoccupant de E171

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) considère cet additif comme alarmant et son utilisation est à surveiller.

Une étude de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) publiée en janvier 2020 a montré que le dioxyde de titane entraîne dans le côlon une croissance accélérée de polypes qui sont d’abord bénins mais qui peuvent se transformer en lésions malignes.

Ce potentiel effet «promoteur» de la cancérogenèse de l’E171 n’est pas prouvé chez l’homme. En attendant ces preuves il est prudent de bannir les aliments contenant ces additifs.